L’exclu Spasme : transition réussie sur un rond-point

On se souvient de Charlotte Dupont-Rio-Wurtz, dont un portrait touchant avait paru dans le précédent numéro de Spasme… Eh bien, nous l’avons retrouvé~e… sur un rond-point du sud-ouest de la France !

Mais il faut désormais l’appeler Charly… Ayant abandonné Saint-Denis et son doctorat de sociologie, il habite depuis bientôt huit mois dans une petite ville du Gers où il bosse comme cariste. « J’en avais marre de trahir ma classe par tous les moyens pour réussir, devenir une bourgeoise servant des leçons de morale à coups d’articles scientifiques… et puis la lecture de Vivek Chibber et de Spasme ça m’a fait beaucoup de bien ! » nous explique-t-il avec un sourire.
Entré dans la lutte des Gilets jaunes dès le 17 novembre, il n’a pas hésité à poser des jours de congé pour rester sur les barrages. C’est en déplaçant des pneus qu’il a rencontré Sabrina, une jeune électricienne et coiffeuse qui suit une formation de chauffeur poids lourds… cette ancienne électrice du FN (« pour faire chier tout le monde ») et future abstentionniste (« pour faire chier tout le monde ») vient aussi de déchirer sa carte de la CGT (« pour faire chier les autres »)… Les fiançailles ont été célébrées en décembre sur le blocage de la plateforme de distribution Biocoop : « Ç’a été une jolie fête, tout le monde avait apporté des palettes pour le feu, avec la fumée c’était blackface pour tous ! Les autres ronds-points avaient même envoyé des délégués élus et révocables. Qu’est-ce qu’on a bouffé comme animal mort ! En fait c’est pas mauvais ! On s’était cotisé pour acheter des merguez, et Mélissa avait chouré du foie gras chez ces connards de Carrouf – elle avait rempli sa poussette –, on a pas mal picolé, c’était cool il y avait plus de monde que dans mes séminaires de socio ! Et plus vivants ! » Lorsqu’on lui parle d’avenir, Charly a les yeux qui pétillent : « Ben c’est samedi prochain, on retourne en ville tout foutre en l’air, les bourgeois c’est tous des enculés, y vont payer ! » Alors que nous quittons le site, les Gilets jaunes déchargent le C15 de Diego, un lot de parpaings pour un projet de cabane en dur. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *